Rare Medaille Bronze

Médaille Georges Urbain Terres rares earth metals celtium scandium, 1938 Medal

Médaille Georges Urbain Terres rares earth metals celtium scandium, 1938 Medal
Médaille Georges Urbain Terres rares earth metals celtium scandium, 1938 Medal
Médaille Georges Urbain Terres rares earth metals celtium scandium, 1938 Medal
Médaille Georges Urbain Terres rares earth metals celtium scandium, 1938 Medal
Médaille Georges Urbain Terres rares earth metals celtium scandium, 1938 Medal

Médaille Georges Urbain Terres rares earth metals celtium scandium, 1938 Medal   Médaille Georges Urbain Terres rares earth metals celtium scandium, 1938 Medal

Frappée en 1938, belle patine, quelques défauts sans gravité, quelques traces d'oxydation. Dimension : 60 mm par 80 mm. Poinçon sur la tranche(Mark on the edge) : triangle + bronze. Le support n'est pas à vendre. Les terres rares sont un groupe de métaux aux propriétés voisines comprenant le scandium 21Sc, l'yttrium 39Y et les quinze lanthanides.

Ces métaux sont, contrairement à ce que suggère leur appellation, assez répandus dans la croûte terrestre, à l'égal de certains métaux usuels. L'abondance du cérium est ainsi d'environ 48 ppm1, alors que celle du thulium et du lutécium n'est que de 0,5 ppm. Sous forme élémentaire, les terres rares ont un aspect métallique et sont assez tendres, malléables et ductiles. Ces éléments sont chimiquement assez réactifs, surtout à des températures élevées ou lorsqu'ils sont finement divisés. Leurs propriétés électromagnétiques proviennent de leur configuration électronique avec remplissage progressif de la sous-couche 4f, à l'origine du phénomène appelé contraction des lanthanides.

Il faut attendre le projet Manhattan, dans les années 1940, pour que les terres rares soient purifiées à un niveau industriel, et les années 1970 pour que lune d'elles, l'yttrium, trouve une application de masse dans la fabrication de luminophores des tubes cathodiques utilisés dans la télévision couleur. Du point de vue de l'économie mondiale, les terres rares font désormais partie des matières premières stratégiques. Le tableau suivant donne le numéro atomique, le symbole, le nom, l'étymologie et des utilisations des 17 terres rares. Le nom d'une terre rare dérive selon le cas : du nom de lieu de la découverte (Ytterby, Scandinavie) ; du nom d'un découvreur (Gadolin, Samarski) ; de la mythologie (Cérès, Prométhée, Thulé) ; des circonstances de la découverte (voir La, Pr, Nd, Dy). Z Symbole Nom Étymologie Utilisations2,3,4,5 21 Sc Scandium du latin Scandia (la Scandinavie). Alliages légers aluminium-scandium : aéronautique militaire ; additif (ScI2) dans les lampes aux halogénures métalliques ; 46Sc : traceur radioactif dans les raffineries.

39 Y Yttrium du village d'Ytterby, en Suède, où le premier minéral de terre rare a été découvert. Lasers : Grenat d'yttrium et d'aluminium (YAG) dopé aux lanthanides6 (Nd, Ho, Er, Tm, Yb) ; vanadate YVO4 dopé avec Eu : luminophores rouges (TV), dopé avec Nd : lasers, dopé avec Ce3+ : LED GaN ; ampoules fluocompactes ; oxyde mixte de baryum, de cuivre et d'yttrium (YBCO) : supraconducteurs haute température ; zircone cubique stabilisée par l'yttrium (en) (YSZ) : céramiques conductrices réfractaires ; grenat de fer et d'yttrium (YIG) : filtres micro-onde ; bougies d'allumage ; 90Y : traitement du cancer. 57 La Lanthane du grec , «caché». Batteries nickel-métal hydrure ; verres d'indice de réfraction élevé et de faible Dispersion ; laser (YLaF) ; verres fluorés ; stockage de l'hydrogène.

58 Ce Cérium de la planète naine Cérès, nommée d'après la déesse romaine de l'agriculture. Agent chimique oxydant ; poudre de polissage du verre (CeO2) ; colorant jaune des verres et des céramiques ; décoloration du verre ; catalyseurs : revêtements de four auto-nettoyants, craquage des hydrocarbures, pots d'échappement ; YAG dopé au Ce : luminophore jaune vert pour les diodes électroluminescentes ; Manchons à incandescence.

59 Pr Praséodyme du grec , «vert pâle», et , «jumeau». Aimants permanents (allié à Nd) ; Amplificateurs à fibre ; colorants des verres (vert) et des céramiques (jaune) ; lunettes de soudeur (allié à Nd). 60 Nd Néodyme du grec -, «nouveau» et , «jumeau». Aimants permanents (éoliennes ; petites centrales hydrauliques ; voitures hybrides) ; lasers YAG ; colorant violet des verres et des céramiques ; condensateurs céramique ; lunettes de soudeur (allié à Pr). Applications potentielles de 147Pm : peintures lumineuses, batteries nucléaires, source d'énergie pour sonde spatiale. 62 Sm Samarium de l'ingénieur russe des mines Vassili Samarsky-Bykhovets. Aimants permanents (SmCo5) ; lasers à rayons X7 ; catalyseurs ; capture neutronique ; masers ; 153Sm : radiothérapie. 63 Eu Europium du continent Europe.

Luminophores rouges (Eu3+) et bleus (Eu2+) : lampes fluocompactes, écrans renforçateurs pour rayons X, TV ; lasers ; cryptes : sondes biologiques par transfert d'énergie entre molécules fluorescentes ; barres de contrôle (réacteurs nucléaires). 64 Gd Gadolinium de Johan Gadolin, découvreur de l'yttrium en 1794. Lasers ; capture neutronique : réacteurs nucléaires ; agent de contraste en IRM8 ; Luminophores verts ; écrans renforçateurs pour rayons X ; additif des aciers. 65 Tb Terbium du village d'Ytterby, Suède. Luminophores verts : lampes fluocompactes, écrans renforçateurs pour rayons X, TV ; lasers ; cryptates (voir Eu) ; Terfenol-D (Tb0,3Dy0,7Fe1,9) : magnétostriction, transducteurs.

66 Dy Dysprosium du grec , «difficile à obtenir». Aimants permanents ; lampes aux halogénures métalliques ; disques durs ; lasers ; Terfenol-D (voir Tb).

67 Ho Holmium du latin Holmia forme latinisée. 67 Ho Holmium du latin Holmia (forme latinisée de Stockholm). Lasers chirurgicaux infrarouges ; colorant rose des verres ; standard de calibration en spectrophotométrie ; Aimants permanents. 68 Er Erbium du village d'Ytterby (Suède).

Lasers infrarouges (dentisterie) ; Amplificateurs à fibre ; colorant rose des verres et des céramiques. 69 Tm Thulium de la terre mythologique du Nord, Thulé. Luminophores bleus pour écrans renforçateurs de rayons X ; supraconducteurs haute température ; lasers YAG infrarouges ; 170Tm : curiethérapie, radiographie portable.

70 Yb Ytterbium du village d'Ytterby (Suède). Lasers proche infrarouge ; horloge atomique ; acier inoxydable ; 169Yb : radiographie portable. 71 Lu Lutécium de Lutèce (ancien nom de Paris). Détecteurs en tomographie par émission de positons ; tantalate LuTaO4 hôte de luminophores pour électrons et rayons X.

Les métaux non séparés des terres rares, ou mischmétal, ont des utilisations supplémentaires : ferrocérium des pierres à briquet additifs des aciers (désoxydation, désulfuration) catalyseurs de craquage des hydrocarbures. Premières découvertes et appellation Découvertes des terres rares.

Yttrium (1794) Yttrium Terbium (1843) Erbium (1843) Erbium Erbium Thulium (1879) Holmium (1879) Holmium Dysprosium (1886) Ytterbium (1878) Ytterbium Ytterbium Lutécium (1907) Scandium (1879) Cérium (1803) Cérium Lanthane (1839) Lanthane Didyme (1839) Didyme Néodyme (1885) Praséodyme (1885) Samarium (1879) Samarium Samarium Europium (1901) Gadolinium (1880) Prométhium (1947) Diagrammes des découvertes des terres rares. Les dates entre parenthèses sont les dates d'annonces des découvertes9. Les branches représentent les séparations des éléments à partir d'un ancien (l'un des nouveaux éléments conservant le nom de l'ancien, sauf pour le didyme).

L'aventure débute en 1787, lorsqu'un minéralogiste amateur suédois, lieutenant d'artillerie de son état, Carl Axel Arrhenius, visite les carrières de feldspath d'Ytterby et y découvre un minéral noir qu'il nomme « ytterbite » : un nouvel oxyde est alors identifié qui prendra le nom d'yttria et yttrium pour l'élément qui lui correspond10. En 1803, le cérium est identifié indépendamment en Allemagne par Martin Heinrich Klaproth et en Suède par Jöns Jacob Berzelius et Wilhelm Hisinger11.

Leur nom de terres rares vient du fait qu'on les a découverts à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle dans des minerais (d'où le nom de « terres », utilisé à l'époque en français, langue des échanges internationaux, pour les oxydes réfractaires au feu) peu courants à cette époque et à l'exploitation commerciale rendue compliquée par le fait que ces minerais étaient éparpillés et les terres difficiles à séparer les unes des autres : « terres rares » signifiait donc « minerais rares »12. Cependant, en raison de leurs propriétés géochimiques, ils sont répartis très inégalement à la surface de la Terre, le plus souvent en deçà des concentrations rendant leur exploitation minière économiquement viable. Comme les terres rares ont des propriétés chimiques très voisines, on les trouve en mélange dans un même minerai et il est difficile de les séparer. Les techniques de séparation par cristallisation fractionnée sont développées par Paul-Émile Lecoq de Boisbaudran ou Georges Urbain au début du XIXe siècle13.

La chimie des terres rares est depuis une tradition française : au niveau de la recherche, un laboratoire des terres rares est fondé par Urbain dans les années 1930 à l'École nationale supérieure de chimie de Paris et repris par deux de ses anciens élèves, Paul Job et Félix Trombe, puis un deuxième laboratoire à l'École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris, repris et dirigé par un de ses élèves Georges Champetier ; au niveau industriel, l'usine de La Rochelle du groupe Rhodia fut la plus grande usine de séparation des terres rares14. La SocHégémonie de la production chinoise Répartition de la production mondiale de terres rares de 1950 à 2000. Jusqu'en 1948, la plupart des sources de terres rares provenait de dépôts de sable en Inde et au Brésil. Durant les années 1950, l'Afrique du Sud est devenu le principal producteur après la découverte d'immenses veines de terres rares (sous forme de monazite) à Steenkampskraal.

Du fait des conséquences environnementales de l'extraction et du raffinage des terres rares, la plupart des exploitations ont été fermées en particulier dans les pays développés. Sur les 170 000 tonnes produites en 2018, 70,6 % (120 000 tonnes) lont été par la Chine, selon le US Geological Survey. Les autres producteurs Australie (20 000 tonnes) et États-Unis 15 000 tonnes sont loin derrière. La Chine dispose de 37 % des réserves mondiales31. Pour asseoir son contrôle sur ces minéraux stratégiques, Pékin met en uvre une politique industrielle de long terme32, et s'emploie à bousculer le grand jeu géopolitique mondial33.

Depuis le début des années 2000, les mines indiennes et brésiliennes produisent toujours quelques concentrés de terres rares, mais ont été surpassées par la pro. L'item "Médaille Georges Urbain Terres rares earth metals celtium scandium, 1938 Medal" est en vente depuis le lundi 31 août 2020. Il est dans la catégorie "Monnaies\Médailles, jetons\Médailles françaises\XXe siècle".5" et est localisé à/en Strasbourg.

Cet article peut être livré partout dans le monde.
Médaille Georges Urbain Terres rares earth metals celtium scandium, 1938 Medal   Médaille Georges Urbain Terres rares earth metals celtium scandium, 1938 Medal