Rare Medaille Bronze

Rare Médaille Aviation Bronze Guiraud Max Hymans Air France Resistance

Rare Médaille Aviation Bronze Guiraud Max Hymans Air France Resistance
Rare Médaille Aviation Bronze Guiraud Max Hymans Air France Resistance

Rare Médaille Aviation Bronze Guiraud Max Hymans Air France Resistance    Rare Médaille Aviation Bronze Guiraud Max Hymans Air France Resistance

Médaille en bronze; 72mm, 150g env. En très bon état selon scans, des coups sur la tranche, poinçon triangle. Max Hymans est un homme politique. Il a été élu député et a occupé plusieurs postes ministériels avant 1940. Il fut membre de la Résistance pendant la guerre puis président d'Air France.

À PROPOS DE L'ARTISTE. Remporte le Premier Grand Prix de Rome. De gravure en médailles en 1926. Le 28 janvier, il se marie avec Monique Maurey. Les témoins de sa future épouse étaient les amis de son beau-père : Tristan Bernard. Max Maurey avait été, auparavant en 1935, témoin, lors du mariage de Sacha Guitry. Les siens étaient Édouard Herriot. Alors Président de la Chambre des Députés, et Joseph Paul-Boncour. Le président de son groupe parlementaire. En raison des grèves de 1936, la préparation de l'Exposition Universelle. Dont le nom officiel est « Art et Technique », a pris un retard important. L'ouverture est prévue symboliquement le. Mai, date importante pour un gouvernement de Front Populaire. Tout retard ferait l'objet de moqueries de la part de la droite. Le gouvernement souhaite absolument respecter cette date. Il nomme Max Hymans Commissaire Général de l'Exposition. IL parvient à respecter les délais impartis, contribuant à construire sa réputation d'homme énergique.

Certes des bâtiments n'étaient pas terminés. Qui ne sera terminé qu'en 1946, certains appelés à durer, ne le seront qu'après sa fermeture. Cela est passé inaperçu auprès du public. Il devait devenir le musée national des Travaux publics. Il est aujourd'hui le siège du Conseil économique, social et environnemental.

Après avoir été le siège de lAssemblée de l Union française. Puis après 1958 celui de la Communauté française. Le jour de l'ouverture, deux pavillons, qui se font face, sont terminés et reçoivent la médaille d'or de l'exposition : celui de l'Allemagne nazie et celui de l'URSS. Le 10 octobre, Max Hymans est réélu conseiller général de l'Indre.

Pour le canton de Valençay. En mars 1942, il est hébergé à Lyon par Lucie. Il devait quitter la France grâce à Virginia Hall. En poste à Lyon, dont la couverture était maintenant d'être la correspondante, en France non occupée, du quotidien New-Yorkais le New York Post.

Elle organise un départ en sous-marin à partir d'Antibes. L'agent du SOE à Antibes était le. Elie Levy, médecin, voisin, et ami de Max Maurey. C'est par son gendre Max Hymans, qu'il est entré au SOE.

Sa villa, 31 boulevard du Maréchal-Foch, servait de point de passage pour les cadres de la résistance comme Jean Moulin, d'Astier de La Vigerie, etc. Quand ils quittaient la France pour Londres via Gilbraltar. Il est mort en déportation, non pas en raison de son appartenance au SOE, mais parce qu'il appartenait à de nombreux réseaux. Levy se trouve sur le monument du SOE maritime dans un square qui porte son nom, à côté de la plage de l'Ilette, à Antibes. Londres veut le plus rapidement possible un rapport de Max Hymans sur l'activité du SOE.

Dans l'Indre, dans le midi où il y a eu des arrestations, sur le réseau CARTE, et enfin dans toute la France. Malheureusement un contrôle, en gare à Lyon, va lui faire manquer son train. Il prendra le suivant manquant son rendez-vous. Après l'avoir attendu vainement, le sous-marin qui se trouvait plage de la Garoupe a fini par repartir sans lui. La plage de la Garoupe, une anse située à la pointe du cap d'Antibes.

Protégée par des rochers de chaque côté et terminée par une plage de sable fin était idéale pour des débarquements clandestins, elle a n'a jamais été repérée par les Allemands. Preuve en est que ces derniers ont placé des tripodes en béton devant toutes les plages du sud, sauf devant celle-ci.

Aucun débarquement ou embarquement réalisé par le SOE, que ce soit en Bretagne où dans le Midi n'a jamais été intercepté par les allemands. Le SOE utilise largement la voie maritime depuis Gibraltar, avec des bateaux de pêche à équipages polonais, des felouques et des sous-marins.

Il va quitter la France grâce à un réseau d'évasion SOE plus classique en traversant l'Espagne. Il était accompagné de Félix Gouin.

Et de deux jeunes résistants gaullistes. Il traverse l'Espagne sous le nom Frédéric Glen.

Lors de l'inauguration du monument consacré à la mémoire des agents du SOE britanniques morts pour la France, à Valençay. L'un d'entre eux, Jean-Louis Thomas a envoyé une lettre à.

Hymans, dans laquelle il lui raconte ce voyage. Âgé de 20 ans, il avait reçu comme consigne de protéger dans la mesure du possible, les deux hommes politiques qui l'accompagnaient, et dont il ignorait la véritable identité.

Le rendez-vous fut fixé à Collioure. Ils ont traversé les Pyrénées sans guide, Max Hymans, Félix Gouin. Et Jean-Louis Thomas sont arrêtés à la gare de Figueras. Par la Garde Civile, en essayant de prendre un train de fret roulant au ralenti.

Ils ont été emprisonnés à Gérone. Et enfin au camp de Miranda.

Il se déclare Canadien, ce qui lui permettait d'expliquer son mauvais anglais. En juillet 1942, l'Espagne, comme de nombreux pays, calquait sa politique étrangère sur l'évolution de la situation militaire.

En 1942, après l'attaque allemande contre la Russie et l'entrée en guerre des États-Unis, la victoire de l'Allemagne n'était plus aussi certaine qu'en 1940. Elle collaborait donc en sous-main avec les Anglais. C'est pourquoi à la suite d'une demande du consulat britannique de Barcelone, ils sont libérés et peuvent quitter l'Espagne, par Gibraltar.

À Gibraltar il rencontre pour la première fois le général de Gaulle et s'entretient avec lui. Ce dernier revenait d'Haïfa. Les Anglais lui ayant refusé l'entrée en Syrie, après la signature de l'armistice de Saint-Jean-d'Acre. En août 1942, il devient l'un des intervenants réguliers de la BBC dans l'émission Les Français parlent aux Français que dirige Maurice Schumann.

Il intervient sous les noms de Granpré et Fromuzeau, Fromuzeau vient de "from Muzeau", du nom du lieu où se trouvait sa première habitation à Valençay. Il souhaitait, par des pseudonymes faciles à déchiffrer, que ses électeurs le reconnaissent.

Il incite les agriculteurs à résister aux demandes de livraisons de produits agricoles aux Allemands, par l'intermédiaire de Vichy, et à les vendre directement aux habitants des villes. Ses discours ont déclenché des incendies de récolte et de matériel agricole, en particulier dans le Berry.

Le 12 octobre 1942, il est radié du barreau. Le Général de Gaulle lui confie plusieurs missions : il est nommé Secrétaire Général du "Comité Central d'Aide aux Prisonniers". Pour cela il met en place l'envoi, aux soldats français prisonniers en Allemagne, de colis provenant des États-Unis (le Free French Relief Committee à New York), du Canada, d'Afrique du Nord (l'uvre du colis d'Algérie et du Maroc), et d'Amérique latine, les uns sont offerts, les autres achetés grâce à l'or de la Banque de France déposé aux États-Unis. Il arrive à faire livrer, inégalement en raison des destructions partielles des ports d'arrivées, c'est-à-dire Naples et Marseille, ainsi que des chemins de fer allemand, jusqu'à 800 000 colis par mois. Ils sont distribués, dans les camps allemands aux prisonniers de guerre, par la Croix-Rouge.

1 600 000 soldats français ont été transférés en Allemagne en 1940. En janvier 1942, il en restait 1 400 000, compte tenu des retours anticipés et de la relève. Il participe aux délibérations du « Groupe des Parlementaires Français adhérents à la France Combattante », dont le président est Félix Gouin.

Il partage un petit appartement au 18 Hyde Park avec ce dernier, en raison de la pénurie de logements dans la capitale anglaise. Les membres de ce groupe sont : Paul Antier, député indépendant de la Haute-Loire, qui fut le premier parlementaire à rejoindre le général de Gaulle, Jean Pierre-Bloch. Pierre Viennot, et André Philipp. Le 9 novembre, Max Hymans écrit au président Roosevelt, avec Félix Gouin. Et Paul Antier pour lui faire savoir qu'« au cours de ces deux dernières années, le peuple français a considéré le général de Gaulle comme le symbole de la Résistance ».

La situation du général est à ce moment particulièrement critique. En effet, il n'a été informé par les alliés du débarquement en Afrique du Nord que le 9 novembre à 2h du matin, soit exactement quatre heures avant le déclenchement des combats. Les Américains trouvant sur place l'amiral Darlan, ont pensé qu'il ferait un excellent gouverneur. Quant aux Anglais, ils ont exfiltré en sous-marin, grâce au SOE, le général Henri Giraud. Il s'agit d'une manuvre de l'entourage du général de Gaulle, destinée à faire comprendre au Président des États-Unis que le général de Gaulle n'était pas un officier d'extrême droite fascisant, dont il voulait débarrasser l'Europe d'après-guerre.

En effet, le Président Roosevelt était franc-maçon et tous les auteurs de cette lettre. Sauf Antier, dont on ne pouvait pas omettre la signature en raison de son ancienneté dans la France Libre, le sont. Le 19 janvier 1943, il est nommé au commissariat à la justice et à l'Instruction Publique.

Début 43, la Corse va être libérée par une coalition regroupant, la résistance locale, c'est-à-dire les communistes, l'armée italienne, le SOE et le général Giraud, ce qui était ce que le général de Gaulle redoutait le plus. Cela va s'avérer extrêmement positif pour la France Libre. En effet, quand les alliés vont voir que les résistants communistes en armes font voter les hommes à main levé devant les mairies (à cette époque les femmes ne votaient pas). Ils vont comprendre que seule une libération de la France par le Général de Gaulle, peut empêcher une prise de pouvoir par les communistes.

Ils vont donc changer totalement leur politique vis-à-vis de la France Libre, et par conséquent le SOE va se mettre entièrement à la sa disposition. En août 1943, il cesse ses interventions à la BBC. Il arrive à Alger le 13 août. Le général de Gaulle le nomme "Directeur des Transports Aériens", c'est-à-dire des infrastructures aériennes du Comité français de la Libération nationale.

Le général de Gaulle lui demande aussi d'étudier la possibilité de mettre en place un service aérien pour importer du riz depuis Madagascar. Lorsqu'il se rend dans cette île, il fait un rapport détaillé sur les lignes aériennes militaires (LAM), dont le directeur était Lionel de Marmier.

Il était, de plus, le pilote personnel du général de Gaulle, il disparaîtra dans un accident d'avion le. Lors d'un vol Alger/Paris. C'est après la disparition de Lionel de Marmier. Premier officier supérieur à avoir rejoint la France Libre, héros des deux guerres, que le général pensera à Max Hymans pour la présidence d'Air France.

C'est pourquoi il a signé le. Sa nomination à la direction du Secrétariat Général à l'Aviation Civile et Commerciale, avant de quitter le pouvoir le. À Antibes, son beau-père voit un inconnu frapper à sa porte.

Il ne le reconnait pas, il s'agit de Max Hymans venu en sous marin d'Alger, puis déposé plage de la Garoupe au Cap d'Antibes. En regardant la photo qui se trouve sur ce site prise durant sa clandestinité, on comprend qu'il ne l'ait pas reconnu, avec sa moustache rasée, amaigri, ses cheveux longs et peignés dans le sens contraire. De plus, il le croyait toujours à Londres, et puis comment comprendre qu'il soit habillé de façon impeccable? Il était revenu pour prendre contact avec les anciens membres du réseau Carte, et les convaincre de reconnaître enfin l'autorité du général de Gaulle. Il est revenu également pour des raisons privées, il était très inquiet au sujet de sa famille, et ce voyage lui a permis d'être rassuré par Max Maurey, sur le sort de sa mère, de sa femme, et de son fils, c'est à ce moment qu'il apprit que sa famille se cachait chez un cousin germain de.

Maurey, Yvon Leroy au 10 rue de Douai. Le SOE, qui alors travaillait totalement de concert avec la France Libre, possédait un camp d'entrainement à 20 kilomètres à l'ouest d'Alger au "Club des Pins", où il formait des chefs de maquis. Il s'agissait d'Anglais membres du SOE, d'Américains membres de l'Office of Strategic Services. Les Alliés craignaient que, sans la présence d'officiers nationaux, les maquis ne tombent dans les mains des communistes.

Ils avaient peur de réquisitions extravagantes chez les agriculteurs, ce les auraient monté contre la France Libre, et de bains de sang inutiles, les maquis n'ayant ni l'armement, ni l'expérience pour affronter directement l'armée allemande. Lors de son premier départ pour Londres, il avait découpé au ciseau des pages de journaux. Il en avait emporté avec lui la moitié. Redon en gardant l'autre, il les a remis au SOE, ce qui a permis à des parachutistes d'être hébergés chez elle en lieu sûr. Elle vérifiait que les deux parties du même journal s'emboitaient exactement.

Ce fait ne peut pas être documenté, en particulier parce qu'il a fait ce voyage sous un faux nom, que nous ignorons. Les voyages se faisaient à partir d'Alger, mais les registres étaient tenus à Gibraltar. Il n'y apparait pas.

Non seulement les noms étaient souvent faux, mais les passagers étaient quelquefois cités par leur fonction, et non par un nom, par exemple : agent SOE, homme politique français. Noubliez pas de visiter notre Boutique.

Thèmes : Médaille artistique, artiste, dart, collection, France, art medals. QUI SOMMES NOUS Professionnels depuis 70 ans, le premier ayant commencé le commerce de médailles était. Premier Grand Prix de Rome. De gravure en médaille en 1935.

L'item "RARE MÉDAILLE AVIATION BRONZE GUIRAUD MAX HYMANS AIR FRANCE RESISTANCE" est en vente depuis le mardi 7 août 2018. Il est dans la catégorie "Monnaies\Médailles, jetons\Médailles françaises\XXe siècle". Le vendeur est "artpcollections" et est localisé à/en Paris. Cet article peut être livré partout dans le monde.

  • Objet modifié: Non
  • Type: Médailles françaises
  • Epoque: XXème siècle


Rare Médaille Aviation Bronze Guiraud Max Hymans Air France Resistance    Rare Médaille Aviation Bronze Guiraud Max Hymans Air France Resistance